Version imprimable de cet article Version imprimable

Quel avenir pour les campings à Damgan ?

lundi 8 juillet 2013
par  Véronique Kedzierski

La diminution des campings est annoncée dans le nouveau P.L.U. et déjà un camping risque de fermer dans quelques mois... [1] avec comme conséquence la disparition de 70 emplacements et des propriétaires qui ne trouvant pas de place à Damgan vont devoir chercher une autre commune pour leur mobil-home.

Historiquement le camping est une des bases du développement touristique de la commune de Damgan. Les Damganais ont su très tôt ouvrir leurs terrains privés aux campeurs. Au début, il s’agissait de quelques tentes ou caravanes s’installant pour un mois dans un pré. Devant le nombre croissant des estivants attirés par nos rivages et la limitation du camping sauvage, quelques-uns ont installé des structures d’accueil mieux équipées et créé les premiers campings de la commune.

Selon le rapport de présentation du P.L.U. les campings représentent une capacité d’accueil de 1 186 emplacements, soit une estimation de 4 744 personnes accueillies. C’est loin d’être négligeable sur le plan économique, car cette douzaine de campings fait vivre plusieurs familles, induisent des emplois directs dans les campings et indirects dans nos commerces.

Aujourd’hui, plusieurs de ces campings sont à l’étroit entre des zones urbanisées. Les normes de leurs installations sont de plus en plus sévères. Aussi, les élus de la majorité proposent-ils à ces campings la possibilité d’intégrer la zone constructible. Cela peut conduire à une disparition de 50 % des campings. Est-ce un bon choix de la part de la Mairie ?

N’est-ce pas tourner le dos à une des plus anciennes caractéristiques de notre station qui reste avant tout familiale ? N’est-ce pas hasardeux en cette période de crise, de tourner le dos à un mode d’hébergement touristique « bon marché » ? Le danger n’est-il pas d’accentuer encore un tourisme de résidences secondaires ? 

Quels avantages en retirerons-nous ? Cela permettra de trouver encore quelques zones urbanisables, car les terrains disponibles se réduisent inéluctablement. Cela permettra également d’augmenter encore un peu l’assiette fiscale... Mais ce sont des choix à court terme, car à long terme quelles conséquences cela aura-t-il sur l’économie de la commune ? Cela conduira indéniablement à une diminution du nombre de touristes comme le soulignait un élu de la majorité, donc aussi à une diminution des emplois directs, indirects et à une diminution du chiffre d’affaires des commerces...

Alors faut-il des campings à Damgan ?

OUI, c’est indispensable !

D’ailleurs, dans nos 23 propositions pour le P.L.U., nous évoquions la constitution d’espaces réservés pour les équipements de demain (par exemple à Landrezac et Kervoyal : point n°13).

Il faut donc tout faire pour maintenir ce type d’hébergement sur la commune, mais dans le respect des lois et des espaces naturels à protéger.

Véronique Kedzierski

P. S. : L’enquête publique sur le P.L.U. aura lieu du 5 août au 6 septembre en mairie. Chacun peut y participer.

 

 


[1] Voir à ce sujet l’article paru dans Ouest France.


Commentaires des articles